Cliquez sur
les vignettes
Couperin Marpourg Magnificat à la guerre Noels Corrette Titelouze





Accueil

concerts


disques

photos

liens



arp
À la guerre


à la guerre
Vous écoutez  Ça ira de Claude Balbastre




ÉVOCATIONS MUSICALES DE LA GUERRE

Sous le titre À la guerre comme à la guerre !, j'ai voulu réunir ici quelque pièces descriptives ayant la guerre pour objet. Lorsque nous explorons le répertoire, chez les français et les allemands surtout, nous pouvons reculer au cours des quatorzième et quinzième siècles pour trouver des exemples de ce répertoire bien ciblé. Au seizième siècle, le titre qui nous vient tout de suite à l'esprit est bien sûr La Guerre, oeuvre vocale de Clément Janequin, souvent adaptée, transcrite, transformée en plusieurs de ses aspects non seulement par Janequin lui-même mais également par un grand nombre de ses comtemporains. Claudio Monteverdi nous a laissé de remarquables madrigaux guerrieri e amorosi et ll Combattimento di Tancredi e Clorinda. Certains opéras ont également permis à quelques compositeurs d'exposer leur talent dans l'art de la guerre. Les virginalistes et les clavecinistes n'allaient pas non plus rater l'occasion d'exploiter une si belle veine et de succomber à la tentation de transposer à leur instrument un sujet aussi évocateur. Il sont près d'une douzaine à nous laisser quelque pièce sur ce thème. J'en ai retenu quatre : William Byrd, Jean-François Dandrieu, François Couperin et Claude-Bénigne Balbastre. Il ne faut pas croire que l'évocation de la guerre allait s'arrêter avec la période baroque; qu'il nous suffise de retenir les noms de Beethoven, Liszt, Tchaikovsky et plus près de nous Shostakovitch ou le canadien Clermont Pépin.

William BYRD (1543-1623)
The Battell (extraite de My Lady Nevel's Booke) est bien encadrée par une marche qui nous y amène et une gaillarde qui nous fait savourer la victoire. Cette March before the battell existe également, avec quelques dittérences de texte minimes, dans un recueil beaucoup plus important, le Fitzwillian Virginal Book, sous le titre de The Earl ot Oxtord's March. Deux événements ont pu inciter Byrd à écrire une telle œuvre : soit les guerres irlandaises ou la défaite de l'lnvincible Armada. Comme on peut le constater à la lecture du programme proposé par le virginaliste, on passe beaucoup plus de temps à se préparer et à décrire les divers intervenants qu'à se battre. En tout et pour tout, Byrd consacre... quinze mesures à l'affrontement lui-même, à la fin de The marche to the tighte... Dans son édition de My Lady Nevel's Booke, collection de quarante-deux pièces de Byrd au nombre desquelles figure The Battel, Hilda Andrews joint trois courts morceaux de beaucoup postérieurs à cette œuvre: The buriing ot the dead, The morris et Ye souldiers dance. Quoiqu'elles n'appartiennent pas à la collection, j'ai cru bon de les inclure dans cet enregistrement à cause de leur valeur descriptive.

Jean-François DANDRIEU (1682-1738)
Au catalogue des œuvres pour clavecin de ce compositeur apparaissent quelques suites à programme qu'il nomme divertissement : Le Concert des oiseaux, La Fête de village et La Chasse. Les Caractères de la Guerre, enregistrés ici, sont une convaincante et fidèle transcription pour clavier d'une suite orchestrale écrite quelques années auparavant. Dans le mouvement intitulé La Charge, Dandrieu souhaite, comme il l'écrit dans sa préface, que pour mieux exprimer le bruit du Canon... on pourra fraper (sic) autant de fois du plat et de toute la longueur de la main, les notes les plus basses du clavier. Ne s'agirait-il pas ici des premiers exemples de « clusters », technique largement utilisée dans la littérature instrumentale contemporaine ?

François COUPERIN (1668-1733)
Le dixième des vingt-sept ordres (ainsi qualifiait-il ses suites) de Couperin s'ouvre sur un triptyque, La Triomphante, dont les deux premiers volets, Bruits de guerre et Allégresse des Vainqueurs, empruntent une forme privilégiée du compositeur, le rondeau. La guerre qu'on nous présente ici est bien inoffensive : c'est une guerre de salon, aimable, sans méchanceté, ouatée, d'un esprit bien différent de celui que nous proposaient Byrd et Dandrieu.... Le hasard a voulu que, durant la session d'enregistrement de la pièce intrtulée Bruits de guerre, un orage éclatât. Les microphones n'ont pu faire abstraction de ce grondement qui, finalement, n'était pas si étranger à mon propos. Nous avons donc convenu de conserver quelques coups de tonnerre, comme préambule...

Claude-Bénigne BALBASTRE (1727-1799)
Balbastre a conçu sa version de La Marseillaise et de l'air Ça ira pour le pianoforte. Lorsqu'on considère l'ensemble de son œuvre pour clavier, on constate dailleurs une bifurcation très nette vers ce nouvel instrument, au détriment du clavecin. Le Citoyen BALBASTRE comme on le peut lire en tête de la partition dédie cette œuvre « aux braves défenseurs de la République française l'an 1792, ler de la République ». Cette mélodie familière est d'abord exposée fièrement, puis suivent deux variations. La seconde comporte une section nettement plus descriptive où on peut lire des éléments de programme tel: combat, fuite des ennemis, canon. La victoire s'e×prime ici à travers l'air Ça ira. Je ne cacherai pas le plaisir que j'ai éprouvé, que j'éprouve toujours, à jouer cette version de l'hymne national du peuple français, et j'espère qu'on ne nous tiendra pas rigueur ni à Balbastre ni à moi d'y avoir mis un brin de fantaisie.

Yves.-G. Préfonfaine, 1984

retour à la discographie


www.000webhost.com